C’est alors qu’on se rend compte qu’on est vraiment tout petit.

Aujourd’hui, le sol a tremblé. C’est notre premier séisme : quelque chose de très impressionnant, qui déboussole tous les repères communs. D’abord, une sensation de vibrations inexplicables « mais qu’est-ce qu’ils font les voisins du haut là ? » Puis on se rend compte que ça ne vient pas d’au dessus, on descend le regard jusqu’à nos pieds… et là on bugue un millième de seconde en plus : « c’est moi où le sol ondule ? » On se rend compte que les gens poussent des cris aigus autour de la maison, c’est étrange.

La lucidité nous rattrape, vite, il faut sortir de là, on éteint le gaz – on était en train de cuisiner -, on coure vers l’extérieur : ça fait un peu penser à une course sur des tapis en mousse posés sur l’eau à la piscine. Sur le chemin, tous les voisins sont également sortis, et au vu de leur expression, on se dit que celui-ci, il a dû être fort. On discute avec quelques personnes qui parlent anglais, des enfants nous racontent avec de grands yeux que d’habitude ça ne dure pas aussi longtemps un séisme :15 secondes au moins, ce n’est pas rien !

On commence à se demander quelle est l’ampleur de la catastrophe, ailleurs, et notamment à Kathmandu. Avant de partir, nos maîtres de stage nous avaient avertis qu’un séisme était attendu depuis des années autour de la capitale. Tous les 50 ans environ… Impossible de joindre qui que ce soit par téléphone, les réseaux ne fonctionnent pas. Les nouvelles arrivent au compte-goutte par le bouche à oreille. On s’inquiète pour nos connaissances qui s’y trouvent.

Une demi heure plus tard, une petite réplique nous fait quand même réagir : même course vers l’extérieur pour éviter de se retrouver écrasés par les étages du dessus, on va se balader en ville. On rencontre une famille avec un jeune qui nous montre une vidéo d’une faille qui s’est creusée dans le sol à quelques kilomètres de notre ville Inaruwa. Impressionnant : elle coure sur des dizaines de mètres, et est large de 20 – 30 cm. Apparemment, c’est profond. Il nous dit que les gens pensent que c’est la colère des dieux.

Finalement, dans la soirée, internet revient, et on mesure l’ampleur des dégâts dans la vallée de Kathmandu, où nous nous trouvions il y a une semaine. On se rend compte que là bas, ça a dû être vraiment terrible : entre 30s et 2min de tremblements, suivis par une vingtaine de répliques…

Sur la photo ci-dessous, des hommes sont en train de renforcer un poteau électrique menaçant entre deux répliques.

P1130253

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s