« Là-bas, tout prend du temps ».

Cet exemple parmi d’autres illustre bien cette phrase de mise en garde glissée par un encadrant du stage habitué du Népal, la veille de notre départ.

L’autre jour, nous passons la journée à Biratnagar. C’est une grande ville de 200 000 habitants, seconde plus peuplée du Népal, à deux pas de la frontière indienne. Nous y avions quelques rendez vous avec la banque de développement agricole et le département régional de développement agricole, mais c’était aussi l’occasion pour nous de retirer de l’argent « en gros » et de faire des impressions. La journée se termine donc dans une petite boutique d’impression le long de l’énorme route autour de laquelle la ville s’étend.

En 3 minutes, on réussit à expliquer qu’on veut imprimer un rapport de 70 pages depuis une clé USB. Apparemment nous le prenons de court. L’homme nous dit qu’il revient dans 5 minutes : il prend sa moto et s’en va. Nous attendons sur un banc, dans la petite pièce ouverte sur la route. Il revient avec un gros bloc de papier sous le bras, recharge l’imprimante et m’indique de brancher la clé USB dans son bruyant ordinateur windows XP. Précautionneux, il lance l’analyse Virus de la clé, + 5 minutes. Je trouve le dossier, mais il ne peut pas s’ouvrir : son ordi ne lit pas les pdf ! Ni les dossiers word, ni open office. Sans internet ici, pas possible de télécharger Adobe ou autre logiciel de lecture de pdf… Pas de problème ! le voilà reparti sur sa moto. 10 minutes plus tard, il revient avec une seconde clé USB contenant le logiciel à installer. L’installation prend 5 bonnes minutes. Et finalement, on peut ouvrir le dossier. Vient alors la question du format de l’impression, car l’imprimante non reconnue par l’ordi ne veut pas faire de recto verso. … 5 minutes ? On n’est plus à ça près, mais enfin c’est bon, on clique sur OK ! L’impression est partie, houra, la première feuille glisse dans l’imprimante et… CLAC ! Coupure générale de courant pour toute la ville. « Ohh Nooo » soupire notre cher imprimeur. On rit, c’est trop drôle. Puis on repart bredouille : « We can try to do it tomorow » nous glisse Sanjay avec le sourire.

Publicités

Une réflexion sur “« Là-bas, tout prend du temps ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s